Quelques épices utilisées dans la médecine traditionnelle

médecine traditionnelle

Autrefois utiliser comme monnaie marchande, les épices sont commercialisées depuis la nuit des temps dans le monde. A la différence des plantes aromatiques où l’on utilise les feuilles, les épices ont des origines bien plus variées. En effet, une épice peut provenir des graines, des fruits, des racines, des fleurs voire des écorces d’une plante. Chaque épice a ses propres particularités que ce soit niveaux organoleptiques avec le goût ou l’odeur mais aussi au niveau de ses propriétés biologiques. Les épices à l’origine étaient utilisés également pour leur vertu thérapeutique. C’est pourquoi dans cet article, nous allons revenir sur l’utilisation historique de certaines épices expliquant pourquoi leur utilisation est toujours intéressante aujourd’hui. Les épices ont jadis été utilisé dans tous les territoires du monde, que ce soit en chine que chez les aztèques en passant par les Égyptiens ou les romains.

Le clou de girofle pour la sphère buccale

Le clou de girofle est très réputé pour ses vertus thérapeutiques au niveau de la sphère buccale. Aujourd’hui encore, il est courant de mâcher un clou de girofle pour temporiser la douleur en attendant le rendez-vous chez le médecin. Ces différentes propriétés antiseptiques et analgésiques du clou de girofle lui proviennent d’une molécule. L’eugénol est un phénol terpénique qu’on peut retrouve dans beaucoup d’huile essentielle. Cette molécule est à l’origine des propriétés du clou de girofle mais aussi de son arôme fort et très caractéristique.

Le clou de girofle est obtenu à partir de boutons floraux du giroflier qui sont ensuite séchés au soleil jusqu’à obtention des clous de girofle dur et brun. A l’époque de la dynastie des Han en Chine, les courtisans mâcher des clous de girofle afin d’avoir meilleure haleine pour s’adresser à l’empereur. De même, les romains appréciaient également l’odeur du clou de girofle au point de confectionner des encens et des parfums à partir de cette épice.

Le piment, stimulant salivaire et gastrique

Le piment est une épice beaucoup utilisée pour épicer un plat. Cette épice fut découverte par Christophe Colomb durant l’une de ses expéditions aux Antilles. Il surnomma cette épice « Le poivre des Indes » pour la propriété gustative à relever les plats et son utilisation en Inde. Finalement cette appellation a du sens, en effet bien que cette épice possède la capacité de masquer le goût d’une viande arrivant à la limite de consommation, le piment a tout comme le poivre des propriété digestives. Ces différentes propriétés proviennent d’une molécule la capsaïcine qui est un composé actif fortement concentré dans le piment au niveau des graines. Cette molécule permet de stimuler la sécrétion des enzymes salivaires et gastriques permettant la digestion mais a également une activité astringente sur la circulation sanguine.

A savoir que le paprika et le piment proviennent d’une seule et même espèce Capsicum annum. La différence d’intensité gustative s’explique par la différence de quantité de graine contenu dans le fruit. En fonction du lieu de production de la plante, le fruit sera plus ou moins petit et donc plus ou moins concentré en capsaïcine.

Le wasabi, antimicrobien puissant

Le wasabi est une épice provenant d’une plante semi-aquatique du Japon. Aussi appelé, Raifort japonais le wasabi possède les mêmes principes actifs que le raifort. Cette composition permet au wasabi d’être réputé pour ses propriétés antimicrobiennes et antioxydantes. Pour ces différentes propriétés le wasabi était utilisé en cuisine comme condiment dès le VIII° siècle pour éviter les empoisonnements liés à la consommation de poisson cru. 

Le poivre stimule la digestion

Couramment utilisé en cuisine, le poivre est une épice incontournable des assaisonnements. Une même plantation de poivre peut décliner son offre en différentes couleurs. En effet, le Piper nigrum permet d’obtenir du poivre noir, du poivre blanc et du poivre vert. Leur couleur et in fine leurs caractéristiques varient en fonction de la manière de récolter les grains de poivre. En effet :

  • Si on cueille le fruit du poivrier avant maturation, on obtiendra du poivre vert connu pour être celui ayant des arômes plus subtils que le poivre noir en cuisine.

  • Si on cueille le fruit mature du poivrier, qu’on le lave, qu’on retire l’enveloppe externe puis qu’on le laisse séché au soleil on obtient du poivre blanc.

  • Si on cueille le fruit mature du poivrier mais qu’on ne retire pas l’enveloppe externe comme pour le poivre blanc on obtient du poivre noir.

Le poivre est une épice réputée dans l’histoire. Dioscoride considérait même que le poivre pouvait être utiliser comme un antidote au poison. Considéré comme antibactérien il fût très vite utilisé en cuisine aidant soi-disant la conservation des aliments. Aujourd’hui il est avéré que le poivre possède bien des vertus thérapeutiques lié notamment à la molécule caractéristique la pipérine. Cette molécule aide et favorise la digestion en stimulant la production des enzymes gastriques.

La noix de muscade, contre les troubles respiratoires et digestifs

La muscade fut connu dès le temps des pharaons, puisqu’on l’utilisait pour embaumer les momies. Avicenne fut ensuite le premier à décrire cette épice. Au Moyen-Age était la deuxième épice la plus utilisée après le poivre. Il faut savoir qu’au Moyen-Age c’était un signe de richesse d’avoir une grande variété d’épice. Les médicaments étant peu développés, les épices étaient utilisées pour leur propriétés gustatives mais aussi pour leurs vertus thérapeutiques.

C’est ainsi que la noix de muscade était utilisée traditionnellement pour lutter contre les troubles respiratoires mais aussi digestifs. Même si la noix de muscade n’est plus utilisée à viser purement thérapeutique, sa consommation ne demeure pas moins anodine. En effet, les propriétés psychotropes de la noix de muscade peuvent devenir toxique voire mortelle si on ingère plus de 3 noix de muscade en une journée.

Le gingembre contre les nausées

Le gingembre est une épice provenant du rhizome ou autrement dit de la racine de la plante. Cette épice se fit connaitre pour être soi-disant une épice au vertu aphrodisiaque. Tout comme les autres épices, le gingembre est réputé pour ses propriétés digestives mais sa particularité à être antiémétique. En effet, le gingembre limite l’apparition des nausées que se soit celles du aux transports ou encore les nausées matinales de la femmes enceintes.

La cardamome, remède aux maux de gorges

Cette plante très réputée en Inde depuis -3000 avant notre ère, à travers les écris de la médecine ayurvédique. De même cette épice est mentionnée dans le papyrus d’Ebers, Cléopâtre avait d’ailleurs l’habitude de parfumer son palais avec de la cardamome. Avicenne la décrit comme étant un remède aux maux de gorges tandis qu’en Chine, les graines de cardamome sont utilisées pour améliorer la digestion. Toute comme son utilisation aujourd’hui dans certains parfums de luxe, la cardamome a traversé les siècles en étant apprécier pour son odeur envoutante.